Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Chantier d’’espoir : une urgence, CAP à gauche toute !!!

Samedi 11 avril dernier, dans une trentaine de grandes villes françaises les chantiers d’espoir tenaient leurs premières assises. Dans la grande salle de la bourse du travail à Toulon 80 personnes environ avaient répondu présent pour débattre avec la volonté de construire un nouvel avenir pour des jours heureux.

Ainsi, membres et élus des organisations du Front de Gauche (PCF, PG, Ensemble), élus et membres d’EELV, syndicalistes de la CGT et de la FSU, associatifs et citoyens engagés se sont retrouvés pour défricher un nouveau chemin.

Unanimement les participants ont affirmé leur volonté de rassemblement dans leur diversité pour construire un projet, une alternative au libéralisme avec une urgence absolue : mettre le CAP à gauche toute.

A l’analyse de la situation économique, sociale, écologique et culturelle, à celle des résultats des dernières élections départementales dans le Var, le constat est accablant.

L’exclusion, la pauvreté, le chômage massif, les difficultés à vivre correctement, à trouver un emploi entrainent un repli sur soi, plus de 50% d’abstention et un vote FN très inquiétant.

Alors, comment créer les conditions d’un grand rassemblement populaire, progressiste et citoyen pour porter une autre politique basée sur la répartition des richesses produites, sur une autre utilisation de l’argent et notamment de l’argent public ?...

Comment faire travailler toutes les forces de progrès en convergence qu’elles soient politiques, associatives, citoyennes ou syndicales ?...

Comment donner la parole aux citoyens dans les quartiers, les villages ou les campagnes ?...

Quel bilan tirer sur les résultats des luttes sociales, politiques depuis plus de 40 ans ?...

Comment créer les conditions pour être en capacité de gagner socialement, économiquement et écologiquement ?...

Comment permettre aux gens de relever la tête en ayant une véritable prise sur la société et son évolution ?...

Comment combler l’énorme décalage qui existe entre le vécu des gens et leur perdition en matière de repère politiques, sociaux et sociétaux ?...

Comment redynamiser la culture et l’éducation populaire qui n’a cessé de reculer ?...

Comment être à l’écoute et dans le partage pour faire avancer la solidarité et la fraternité autour d’idées mobilisatrices ?....

Comment connaître les besoins dans chaque quartier, dans chaque village pour préparer ensemble leur réalisation autour de projet d’avenir structurant socialement et humainement ?...

Comment faire partager l’idée que les « Chantier de l’espoir » sont un outil de lutte et d’émancipation au service des citoyens, outil à forger avec eux comme ont su le faire les organisations qui composent Syrisa en Grèce ou Podemos en Espagne ?....

Comment mobiliser les gens qui ne vont plus voter, qui sont dans la défiance et qui par conséquent favorisent la montée de la Droite et de l’extrême droite ?...

Autant de questions qui ont enrichi un débat de trois heures entre 14h30 et 17h30.

Au final, cette première journée d’échange a permis de dégager des pistes de travail autour de quelques thèmes urgents /

  • Conditions de vie et de travail.
  • Partage des richesses produites.
  • Urgences sociales (emploi, salaire, logement, santé…)
  • Urgence éducative ( école, collège et lycées, culture…)
  • Urgences écologiques (économie circulaire, énergie, déchets, eau, agriculture et forêt…)
  • Urgence économique varoise à partir de la réalité de chaque territoire…
  • Urgence et exigence démocratique.

Avant de se quitter, les participants(es) ont décidé de décentraliser les « chantiers de l’espoir » dans les semaines qui suivent dans tous les territoires du département (cantons, quartiers, villages..).

Ils se sont séparés convaincus que seule une telle démarche inédite de rassemblement permettra de construire à partir du terrain et avec les gens les conditions d’un changement réel pour porter les solutions alternatives qui répondront enfin aux attentes citoyennes et du monde du travail.

C’est tous ensemble qu’il faut reconquérir l’espace politique, social et économique. C’est tous ensemble qu’il faut retrouver le chemin de notre force collective pour y être visible, audible et lisible.

Alors n’attendons plus, prenons notre avenir en main et agissons.

Jean-Marie Bernardi.

Ci dessous, texte de l’appel

L'appel « Chantiers d’Espoir » http://chantiersdespoir.fr/

"Chantiers" parce que nous voulons construire une alternative. "Espoirs" parce que nous sommes convaincus, chacune et chacun, forts de la diversité de nos engagements et points de vue, que cette alternative est possible. Cet appel et le processus qu'il initie sont nés de l'urgence de reconstruire une perspective commune face aux inégalités qui explosent, à la stigmatisation, au déclassement et à l'abandon organisé de franges entières de la population...

Comment un Président élu avec la force de 17 millions de voix a-t-il pu mettre en œuvre une politique qu’il dénonçait hier ? Comment une partie de la gauche, qui affirmait pourtant un idéal de changement, de progrès social et de justice, a-t-elle pu à ce point tourner le dos aux exigences qui l'ont portée au pouvoir ?

Pour nous, cette sidération s’est transformée en colère. Une colère qui s’est exprimée par de multiples mobilisations sociales portées par des associations, des syndicats, des partis ou des collectifs. Pour d’autres, cette sidération s’est traduite par un désintérêt de la politique et l’abstention, ou pire encore par un vote de repli et de haine.

Nous refusons de laisser les responsables politiques au pouvoir mener notre pays dans le mur. Nous refusons le « il n’y a pas d’autre solution possible » qui sert de prétexte à tous les renoncements. Cette impasse de la soumission renforce le poids des idées de régression, galvanise le MEDEF, accélère le retour d'une droite revancharde et place l’extrême droite au cœur du débat de société. Nous refusons la logique libérale et productiviste qui détruit nos vies, enferme des millions de gens dans le chômage et la précarité et menace l’avenir de la planète.

Nous croyons aux valeurs d’égalité, de justice et de solidarité dont la gauche a été porteuse historiquement. Nous voulons agir pour redonner goût à la citoyenneté, à la fabrication de la politique et de la démocratie, et inventer les contours d’un projet émancipateur du XXIe siècle.

Nous pensons que le temps est venu que les hommes et femmes de bonne volonté, convaincus qu’il est possible et nécessaire de changer le réel, prennent la parole. Membres ou pas d’une association, d’un syndicat ou d’un parti politique, nous pouvons, nous allons faire renaître l’espoir. Un autre partage des richesses et des ressources est possible. Une transition écologique est urgente. L’égalité entre les individus, quels que soient leur sexe, couleur de peau, origine, religion, sexualité, handicap est une condition de la démocratie. Des réponses au chômage peuvent et doivent être apportées sans attendre un hypothétique retour de la croissance. La vie politique peut s’écrire autrement que par une succession d’affaires financières et juridiques qui détériorent toujours plus l'action publique. Il est temps de construire une démocratie « vraie » dépassant la monarchie élective de la 5ème république pour se réapproprier la souveraineté populaire, lui offrir de nouvelles formes d’expression, et créer des institutions qui permettent la participation effective de toutes et tous aux affaires qui les concernent.

Nous voulons dépasser la résignation et proposons d’échanger pour construire ensemble un autre chemin collectif. Un chemin dans lequel le progrès humain sera possible pour nous, pour les générations futures.

Nous mobiliser, ensemble, pour élaborer une alternative politique, sociale et écologiste : c’est l’objet des chantiers d’espoir que nous vous proposons de construire. À travers ce rassemblement inédit, l’objectif est de mettre en mouvement nos concitoyens et bâtir ainsi une majorité d’idées dans le pays, de montrer qu’il est possible de faire autrement en dessinant les mesures urgentes de transformation sociale et écologique que mettrait en œuvre un gouvernement qui ne renonce pas face à la finance.

Dans cette perspective, nous proposons de susciter des rencontres, partout en France, pour tracer un nouveau chemin. Des rencontres, connectées, pour échanger et inventer ensemble le projet et la stratégie à mettre en œuvre pour mettre un coup d’arrêt à l’avancée de la droite et de l’extrême droite. Et de redonner des couleurs, de la saveur et du tranchant aux valeurs d’égalité et de liberté, de faire émerger une alternative à gauche porteuse d’une politique, citoyenne, féministe, écologiste et solidaire.

Commenter cet article