Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

E. Valls prépare une OPA sur le PS.

Sous couvert d’une unité de façade, le congrès du PS de Poitiers aura été, à mon avis, un non événement politique. Pire encore, les propos surréalistes tenus par le premier secrétaire J ;Ch Cambadélis qui du haut de la tribune a déclaré : « Chers camarades, nous pouvons être fiers de ce que nous avons fait pour le redressement de notre pays avec le président Hollande. »

Les puristes et les électeurs frustrés depuis 2012 apprécieront la portée politique et philosophique d’une telle déclaration sur l’échelle de la langue de bois. Elle est à contre sens total de la réalité économique, sociale et de la quotidienneté des Français.

Six cent mille chômeurs de plus en trois ans, 60 000 faillites d’entreprises, salaires et retraites en berne, la loi sur le TSCG, le CICE, la loi Macron, et l’ANI mortifères pour les droits sociaux et syndicaux sont autant de bémols à mettre à la clef de la mélodie Cambadélis !!!...

Il s’agit là de dispositions légales qui tournent le dos aux engagements de campagne de F. Hollande. Elles ont engendré l’augmentation de la pauvreté, l’explosion du chômage, la souffrance au travail, le recul des conditions de vie pour des centaines de milliers de nos concitoyens et les dernières mesures annoncées par E. Valls au sujet des CDD, des seuils indemnitaires pour licenciement abusifs aggravent encore plus la situation des plus faibles.

Autant de décisions qui ont frustrés et trompés les électeurs de gauche, qui les ont poussés vers l’abstention et ont provoqué une progression inquiétante du FN.

Dans un congrès noyauté par la direction d’un PS faisant allégeance à la dérive libérale de l’exécutif français que penser de l’attitude de l’aile gauche ou des frondeurs ?....Réduits contre toutes leurs espérances à 29%, ces militants ont été renvoyés dans les cordes d’un ring d’où il va être très difficile de sortir. Courageux ou masochistes, je ne sais pas comment qualifiés ces socialistes qui se réclament d’une gauche de transformation et qui souhaitent tendre des ponts vers la gauche de progrès représentée par le Front de Gauche, le PCF ou une partie d’EELV.

Certes l’union est nécessaire. Elle est un combat à mener pour la construire dans le respect mutuel de toutes les forces en présence. Mais pour être concrétisée elle doit s’appuyer sur le fond afin de porter un projet de société alternatif à gauche répondant aux attentes sociales des citoyens.

En lisant Christian Paul (député PS), chef de file des frondeurs qui déclare : « On parle de Syriza, de Podemos….faisons notre mouvement à la française… » j’ai envie de dire pourquoi pas ?....Mais camarade frondeur, est ce possible en gardant un pied dedans et un pied dehors comme tu le préconise ?...Je respecte, mais je ne le crois pas. Un trou noir est dangereux car il aspire vers le fond.

Aujourd’hui, le PS et sa direction sont sur une orbite de moins en moins sociale et de plus en plus libérale, à des années lumière de l’esprit du congrès d’Epinay. L’unité de façade ne cachera pas pour très longtemps la division bien réelle et la dispersion de forces diamétralement opposées en son sein.

Ce dont je suis certain, c’est que pour ces socialistes désemparés, retrouver la boussole pour mettre le cap à gauche est impératif. Sinon, monsieur Valls continuera son OPA sur le PS commencée depuis bien longtemps. En agissant ainsi, monsieur 5% à la primaire de 2011ne mise t-il pas sur une défaite de F.Hollande en 2017 , lui qui fut élu grâce aux 4 millions de voix du FdG en 2012.

En agissant ainsi, monsieur 5% ne vise t-il pas un double objectif ?...

premièrement s’ouvrir les portes du pouvoir à l’horizon 2002…deuxièmement, faire disparaître le PS pour le remplacer officiellement par une parti libéral affiché, tournant définitivement le dos aux valeurs de gauche pour intégrer une formation de centre droit ?...

Ainsi par ses victoires à la Pyrrhus, monsieur 5% aura laissé de nombreux socialistes sur le bord du chemin. Sa marche désastreuse aura alors abouti sur un terrible paysage de trahison pour le petit peuple de gauche..

Doit-on attendre qu’un tel scénario se réalise ou doit-on retrousser nos manches pour construire un mouvement avec les forces de gauche qui veulent dépasser le capitalisme pour remettre l’humain au centre des préoccupations et des engagements politiques ?...

Nous n’en sommes pas encore la et le pire peut être évité. Mais cependant, un Syriza ou un Podemos, ça ne se décrète pas….ça se construit en s’appuyant sur toutes le forces démocratiques et de progrès : politiques, syndicales, associatives, citoyennes, culturelles et écologiques. C’est dans cet esprit que se développent les « Chantiers d’Espoir »initiés par de telles forces depuis avril dernier. (Signature appel )

C’est en bâtissant un autre projet politique, économique et social pour notre pays, condition sine qua none que nous sortirons de l’ornière où nous enfoncent un peu plus chaque jour les caciques du PS. Il n’y a pas d’autre issue !!!

Jean-Marie Bernardi.

Commenter cet article