Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Grèce : NON au coup d’Etat financier et au dictat de l’euro groupe !!!

Haro sur le baudet aurait crié Jean De La Fontaine…La Grèce devient le bouc émissaire des Junker, Lagarde, Merkel, Moscovici, Sarkozy, Sapin et de tous les eurocrates venant entonner en chœur un abominable chant des sirènes pour entraîner ce pays vers la mort en lui ordonnant des sacrifices populairement insoutenables.

Depuis l’annonce du référendum faite par Alexi Tsipras (après avoir été mis dehors de l’euro groupe), voila que le pilonnage médiatique est permanant. Les quotidiens nationaux, propriété des grands groupes hyper libéraux traitent les Grecs et le gouvernement Tsipras de tous les noms d’oiseau en bafouant ainsi l’expression démocratique d’un peuple.

Dans cette chorale infernale, Libération, Le Monde, La Parisien, Le Figaro…se disputent les « Unes » mensongères dans un concert de violence extrême à l’égard du peuple hellénique. L’audio visuel et notamment la télévision publique ne sont pas en reste. Les pseudos experts sortent des placards pour cracher leurs mensonges et troubler les esprits.

Les oligarques de tout poil de tout poil sont partis en croisade contre la Grèce. C’est honteux et indigne. Cette partition politico-médiatique démontre le degré de phobie démocratique dont est atteint le monde des technocrates et des vassaux de l’hyper libéralisme…Leur comportement n’a, sur le fond, rien à voir avec la dette grecque…il s’agit d’un positionnement de classe contre toute tentative de démocratie populaire.

Demain ils feraient pareil dans un autre pays où la gauche gagnerait et ce quelque soit sa situation financière.

Mais pour l’heure, les Grecs et leur gouvernement ne cèderont pas aux chants des sirènes. Ils sauront tenir le cap et traverser la tempête…Alors, dépitées et battues les sirènes du libéralisme se jetteront du haut de leur falaise pour être englouties par les fonds abyssaux de la mer méditerranée.

Fort heureusement d’autres voix se fond entendre pour soutenir les choix du peuple grec et pour ouvrir avec lui des brèches dans cette forteresse européenne libérale.

Forts de leur démocratie, les Grecs ne tomberont pas de Charybde en Scylla. Ils resteront debout et avanceront libres, fiers de leur combat comme ils l’ont fait contre la dictature des colonels.

Jean-Marie Bernardi.

Commenter cet article