Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Inondations : Le tout béton doit être pointé du doigt !!!

Trop d’êtres humains emportés par les eaux, morts ou disparus. Trop de souffrances et de deuils pour les familles qui ont perdus leurs êtres chers tués ou disparus par la violence des eaux. Trop de biens perdus et d’entreprises anéantis par les pluies diluviennes.

Vingt et un morts et deux disparus tel est le tragique bilan des inondations qui se sont abattues sur les Alpes maritimes et l’est varois le week end dernier.

Le premier réflexe humain est d’avoir une pensée chaleureuse et une totale compassion pour toutes les familles et leurs proches frappées par la soudaineté et la violence de ces inondations qui ont stationné pendant plus de trois heures au dessus de l’est varois et des Alpes maritimes.

Alors que les populations et les familles sont encore en train de panser leurs plaies physiques et psychologiques, comment ne pas s’interroger sur la récurrence de ce type d’événement dans le midi de la France et notamment sur les côtes méditerranéennes ?...Certes les bouleversements climatiques peuvent être en partie expliqués par la hausse de la température de l’eau de mer, voire se multiplier dans l’avenir. Mais pour autant stopper là la réflexion sans interpeller les décisions des hommes serait contre productif car ce type de drame ne s’explique pas par la fatalité.

Depuis plusieurs décennies ces évènements pluvieux très violents causant pertes de vies humaines et désastres économiques se multiplient autour de l’arc méditerranéen (Hérault, Gard, Bouches du Rhône, Vaucluse, Var et Alpes maritimes).

Dans la région les forêts, les terres agricoles ont reculé. Depuis les années 1970 l’extension de l’urbanisation à permis au béton et au goudron d’envahir le paysage, ce qui a très fortement altéré la perméabilité des sols.

Plutôt que de tirer leçons de ces catastrophes à répétition : les collectivités territoriales, les services publics, de nombreux élus et les préfectures ont fermé les yeux. Pire les autorisations à construire dans ces zones continuent. Au moment même où la région panse ses plaies et les familles souffrent, dans la vallée du fleuve côtier le Var, plusieurs centaines d’hectares sont arrachés à la nature pour l’implantation d’habitations, de routes à quatre voies, de stade ou d’entreprises en tout genre.

Alors, plutôt que de se livrer au bétonnage de notre paysage côtiers et à la spéculation foncière ne faudrait-il pas mieux tenir une conférence régionale pour bien analyser les enjeux et notamment les risques pour développer la prévention ?...Combien de catastrophes faudra t-il encore subir pour transformer l’urbanisation, arrêter de construire en zone inondables et prévenir des risques d’inondation plus efficacement ?...

En attendant il faut saluer les pompiers, la protection civile, les policiers, la gendarmerie, le SAMU, les services de santé, les agents territoriaux et communaux et aussi les bénévoles qui ont porté l’aide immédiatement.

Ils ont démontré la nécessité et l’efficacité de nos services publics, ce bien commun, malgré les carences en termes de moyens et de manque de personnel générés par les politiques d’austérité.

Enfin, sachant que les inondations sont en tête des risques naturels dans notre pays, n’est-il pas impératifs que les pouvoirs publics les élus de la République et les ministères en prennent réellement la mesure pour des choix et des décisions responsables qui diminueront vraiment les dangers encourus ?....L’humain vaut mieux que les profits.

Jean-Marie Bernardi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article