Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Lettre d'une jeune camarade à lire.

Bonjour à toutes et tous,
Je me permets ce message en amont du 13 décembre, parce que ce seuil franchi dimanche en PACA impactera lourdement sur l'aspect de notre quotidien.
Vous êtes tous mes proches connaissances dans cette région commune. Cette région bordant la Méditerranée est notre espace de vie, ouverte par essence sur les rivages méditerranéens, vers nos "frères de soleil" n'en déplaise aux adeptes des barbelés stridents.
Nous sommes nombreux à lutter au quotidien de paroles en actes pour déloger la misère, éclairer les consciences, disperser les profits aux bénéfices de tous, rebâtir les ponts que d'autres ont fait s'écrouler.
Ce combat quotidien épuise parfois les plus tenaces, inquiète, désarme, tue l'espoir. Mais l'émulation née de toutes ces rencontres et le tissage de nouvelles solidarités restaure chaque jour, répare, encourage à poursuivre la quête et à ne pas renoncer. Ainsi, nous ne renonçons pas.
La bataille devient plus âpre ici en PACA, si coriaces sont nos adversaires, consolidés dans leur marche funèbre par une sournoise propagande médiatique.
Nous nous efforçons de leur barrer la route, avec des moyens de fortune parfois, mais nourris de valeurs humaines immenses, celles de l'égalité, de la liberté et de la si précieuse fraternité.
Des valeurs qui ont déjà déserté le fronton de nombreuses institutions. Des valeurs qu'on convoque quand le pire survient de Charlie au Bataclan... Ces drames nous assaillent et nous démontrent que le terrorisme a plusieurs visages.
Être Charlie, est-ce cela ? Élever des frontières, armer La France, partir en guerre, museler la parole libre, empêcher l'expression populaire, interdire les rassemblements, semer la peur, crier à l'état d'urgence ?
Être Charlie, est-ce être raciste, anti-humaniste, anti-féministe, xénophobe, homophobe ?
Mais quel vent froid nous paralyse donc !!??
Charlie Hebdo clamait la liberté humaine, citoyenne, populaire, la prolifération des idées des Lumières, de la pensée communiste, libre et éclairée sous-couvert de son rire exutoire.
La réponse à ce chaos n'est pas la terreur et son sillage fasciste, la réponse à l'obscurantisme n'est pas militaire : elle est éducative, culturelle, citoyenne et profondément humaine !
Pleurer "nos" Français défunts sous la mitraille de ces terroristes revient aussi à pleurer les réfugiés de Syrie et d'ailleurs exilés de leur terre par Daesh et cernés par les bombes. La préférence nationale devient décidément un paravent à l'humanité !
Bien trop nombreux sont ceux qui préfèrent emmurer nos villes, nos frontières, notre "espace vital" pour éviter l'invasion de migrants, cette "race" de fortune que les courants marins feraient mieux d'emporter à leur goût ! Une photo d'enfant défunt dans le sable suffit à émouvoir le monde sans parvenir néanmoins à cisailler les barbelés...
Nous clamons l'état d'urgence hautement liberticide en France sans mesurer l'urgence humanitaire du sort de ces autres victimes innocentes de Daesh. S'ils étaient de "race blanche" peut-être mériteraient-ils notre hospitalité.
Peu d'égard non plus envers nos citoyens français maghrébins, monstrueusement qualifiés de "bougnoules" par des racistes primaires qui les accusent de nous voler pain, travail, femme et argent !!
Est-cela encore La France de Charlie ? Ces propos peuvent-ils vraiment être nourris par une intelligence éclairée ?!! Quel échec de la pensée, quelle honte sinistre d'oser proférer de telles paroles en toute impunité, car oui, "être raciste" devient tendance désormais ! De la droite extrême à l'extrême-droite, nombreux sont ceux qui consentent fièrement à la submersion des idées noires en PACA, quand le rejet de l'immigration et la tenaille sécuritaire motivent l'appel aux urnes !
« Expérience vaut leçon » dit-on, certains ont sans doute sauté de nombreuses pages d'histoire... Souvenons-nous du péril brun des années 40 ! Ne soyons pas dupes, ce même péril rode, guette la faille pour s'y infiltrer, utilise des peurs ancestrales pour s'emparer de nos cœurs.
Une autre de ces pages n'est visiblement pas encore tournée... celle de la séquence de guerre algérienne. D'un bord à l'autre de ces partis, tous se plaisent à honorer l'Algérie Française et l'OAS rendant grâce à « l’œuvre civilisatrice de La France avant 1962 » ainsi que le clamait Christian Estrosi en mars 2013 ! Troublante confession... Il semble que le « Vieux monde » dont certains prétendent prononcer l'extinction continue d'honorer les pires forfaits !
Qu'il est surprenant et intenable de blâmer aujourd'hui les filles et fils d'immigrés nés en France jugés "envahisseurs" et "parasites", tandis que le rapt des terres arabes sous la torture n'a pas effarouché certains colons ! Les partisans et électeurs de ces partis mitoyens ont-ils donc à ce point une vision tronquée et erronée de leur histoire méditerranéenne ?! Et pour s'en défausser, en primaires penseurs, certains nous accusent alors de vouloir ériger un Goulag à chaque coin de rue !
Alors, oui, dimanche sera un jour majeur ! Un dimanche blanc pour nombreux de Méditerranéens, qui porteront cette couleur du deuil en franchissant le seuil de l'isoloir.
Mais un deuil révocable par la poursuite de la lutte, un deuil qui fait éclore une nouvelle forme de résistance obstinée face à toutes ces dérives fascistes effroyables, assumées autant par la droite que par l'extrême-droite dont les frontières sont si perméables... Là, il ne leur scierait guère de mettre fin au principe de "libre circulation" vu les va-et-vient de tant de leurs électeurs !
Il s'agit désormais pour nous de hisser haut l'étendard humaniste en se maintenant « debout » à chaque tribune ! Et c'est bien sous cette posture digne et courageuse que nous continuerons de partir à la rencontre du peuple méditerranéen qui n'est nullement de "race blanche" mais intimement de "race humaine".
Dimanche, lorsque sonnera l'heure des résultats, plusieurs se souviendront qu'un mois plus tôt sonnait l'assaut au Bataclan et sur les terrasses parisiennes, et que le 11 janvier retentissait une infinie minute de silence en hommage à Charlie sur toutes les places de France.
Je me rappellerai personnellement de Charb, dessinateur communiste, qui faisait un pied-de-nez à tous ses détracteurs en lançant fièrement "Je préfère mourir debout que vivre à genoux".
C'est bien parce que je choisis de "vivre debout" que mon bulletin sera immaculé dimanche, en résistance à TOUS les détracteurs des valeurs républicaines censées nous guider.
Camus espérait une "arche d'alliance" entre tous les hommes... espérons-nous capables de la former ensemble, le poing toujours levé !!
Il me semblait honnête de vous confier mon regard en toute amitié et fraternité à l'orée de ce 13 décembre.
Bien amicalement
Anaïs Escudier

Commenter cet article