Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

ARRECKS, FALCO, LANFRANCHI : LES HOMMES PASSENT, LA METHODE RESTE !

Déclaration d’ALAIN BOLLA secrétaire fédéral

ARRECKS, FALCO, LANFRANCHI : LES HOMMES PASSENT, LA METHODE RESTE !

La chambre régionale des comptes épingle la gestion par la droite du département du Var

Dans un communiqué la chambre régionale des comptes épingle la gestion du département du Var.

Il y a les questions politiques qui sont purement évacuées, les questions sociales et les questions d’éthique et de morale.

La CRC marque un déséquilibre entre les recettes et les dépenses et porte sa réflexion sur une meilleure maîtrise des dépenses.

Comme à chaque fois dans ces cas là, la recherche d’économies se fait essentiellement sur les personnels, ce qui n’est pas acceptable au regard de la situation politique faite aux collectivités territoriales et particulièrement aux départements, à leurs histoires et aux évolutions sociales qui en découlent.

La première question est d’avoir les recettes permettant d’assumer les missions de service public développées par les départements.

Cette question renvoi sur les politiques nationales et sur les politiques volontaristes de la collectivité au service d e l’intérêt général, de la lutte contre les inégalités et les exclusions de tous ordres.

La CRC ne fait pas mention des baisses des subventions accordées, aux mouvements associatifs, sportifs et culturels notamment qui jouent un rôle important dans le lien social. Ni de l’augmentation des impôts qui touche les familles affaiblissant un peu plus leur pouvoir d’achat.

Le transfert de compétences de l’état vers les départements, qui n’est pas intégralement compensé financièrement n’est pas non plus indiqué dans le communiqué de la CRC.

Pourtant des personnels des collèges, au RMI, RSI, de l’allocation handicapé à celle pour les personnes âgées au RSA, le transfert des compétences est énorme et le désengagement de l’état l’est tout autant.

Mais dans un département où plus d’un tiers des personnes a plus de 60 ans, où le chômage atteint près de 12 % de la population active, où 70% de la population est éligible au logement social, où la précarité ne cesse de gagner du terrain, les politiques nationales de désengagement de l’état font peser de lourdes charges sur les départements, ce que les communistes étaient les seuls à dénoncer d’ailleurs lors des différentes campagnes électorales.

A cela s’ajoute le gel des dotations de l’état et la suppression de la taxe professionnelle par Nicolas SARKOZY prolongée par une baisse de ces mêmes dotations par François HOLLANDE plaçant alors les collectivités dans des difficultés financières très importantes.

Ne pas voir tout cela revient à avoir une démarche partisane, celle de la pensée unique qui appelle à réduire sans cesse les dépenses en personnels pourtant indispensables à la bonne marche du service public.

D’une manière générale, réduire le coût du travail si cher au MEDEF.

C’est dans ces conditions politiques qu’il s’agit d’apprécier les évolutions du département, dont la constante depuis plus de trente ans consiste à substituer l’industrie et les emplois industriels par le tout tourisme d’excellence et les emplois de services.

Les présidents du conseil général de droite se sont succédés et les orientations politiques façonnant un département sinistré industriellement n’ont pas changé.

La paupérisation gagne du terrain. C’est la marque d’une régression sans précédent. Il ne s’agit donc pas d’avoir moins de solidarité bien au contraire, c’est de plus de service public que la population a besoin avec les moyens financiers et humains correspondant.

La CRC pose ensuite un problème d’éthique et de morale en pointant la famille et les amis. La aussi elle montre que très peu de choses ont changé depuis le règne ARRECKX. Mais pourquoi depuis son arrestation les pouvoirs publics n’ont pas fait le « ménage » dans le « système ».

Y a-t-il des influences ne le permettant pas ? Sommes-nous condamnés dans ce département à subir la loi du «système » ?

A ces questions, la fédération du var du parti communiste français répond sans ambigüité. Aucun système n’est immuable si la population le décide !

C’est le sens de notre engagement pour rassembler les citoyennes et citoyens sur les valeurs de progrès, de fraternité et d’intérêt général.

La valette du Var le 2 juillet 2016

www.var.pcf.fr

https://www.facebook.com/var.pcf.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article