Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Solidarité avec les réfugiés.

Intervention prononcée au nom de la fédération du PCF Var par Alain BOLLA secrétaire fédéral.
Le samedi 8 octobre 2016 au rassemblement parvis des droits de l’homme à Toulon

Pour l’accueil des migrants, des réfugiés, contre le racisme, la xénophobie, les exclusions
SOLIDARITE

Chers amis et camarades,
Notre rassemblement d’aujourd’hui a une symbolique forte.
Il se situe sur le parvis des droits de l’homme dans la ville préfecture, alors qu’aujourd’hui même certains manifestent pour ne pas accueillir sur notre sol des hommes et des femmes en détresse.
Le rejet, l’exclusion, la peur, n’ont jamais été des projets politiques mais des outils au service des dominations de tous, migrants ou pas !
Porter secours à des femmes et des hommes, atténuer leurs souffrances c'est avoir des actes humanitaires concrets à la hauteur des circonstances, mais c’est aussi faire reculer les idées nauséabondes, l’obscurantisme, les communautarismes.
C’est placer la SOLIDARITE au cœur d’une société de partage, du vivre ensemble pour l’émancipation de chacun.
Oui, réussir un accueil digne des migrants, des réfugiés, c’est tout à la fois un combat et une fierté pour tous les progressistes que nous sommes.
OUI, nous nous félicitons de la mobilisation d’aujourd’hui sur ces contenus et dans ses formes diverses qui ne s’opposent pas bien au contraire !
Nous avons fait en sorte de permettre la participation à tous les rassemblements, y compris celui d’hier soir à TOURVES a la même démarche que celui de pierrefeu.
Oui c'est l'honneur, ce serait l’honneur, de notre pays d'accueillir, comme le prévoit le droit international, des populations que les guerres et les tragédies ont jeté sur les routes.
L’assemblée générale des Nations unies a traité la question des mouvements massifs de réfugiés et de migrants.
Cela fait suite à un rapport de mai 2016, entre autres sur les causes de ces mouvements de population, la protection des personnes forcées d’entreprendre de tels déplacements, ainsi que la prévention de la discrimination et de la xénophobie dont elles sont victimes.
Les « déracinés » qui atteignent le chiffre de 65 millions dans le monde n’ont jamais été aussi nombreux à franchir les frontières.
Ils fuient les conflits de tous ordres, les guerres qui sont, pour une part, les conséquences des politiques étrangères et particulièrement celle de notre pays qui ne cesse d’intervenir militairement sur de nombreux théâtres extérieurs !
Ils fuient les persécutions, les dictatures, la misère, les politiques d’austérités, le travail des enfants.
Ils fuient leur propre vie pour espérer en trouver une meilleure ailleurs !… Ces périples leur font courir des risques considérables et les tragédies se succèdent.
Arrivés à destination, ils sont fréquemment en butte à l’hostilité et l’intolérance, malgré les efforts de citoyens et d’associations pour les accueillir avec humanité et dignité. Nous saluons ces travailleurs de la dignité humaine.
Outre les pertes humaines – plus de 3 000 en 2016 en Méditerranée – ces déplacements ont des répercussions plus larges au plan social, économique et politique auxquelles les Etats se doivent de répondre conformément au droit international.
Lors du sommet de Bratislava, l’UE et les pays membres ont aggravé leur désengagement.
L’objectif, fixé il y a un an, d’atteindre le chiffre de 160 00 réfugiés relocalisés est abandonné, laissant à la Grèce et à l’Italie assumer toute la responsabilité et le poids de l’accueil, en tant que premiers pays d’arrivée.
Par contre, l’UE renforce encore le dispositif de fermeture des frontières se transformant en véritable forteresse, sourde et aveugle à la détresse humaine.
La France est loin de prendre sa part dans l’accueil des réfugiés qui traversent la Méditerranée au péril de leur vie alors même qu’elle porte sa part de responsabilité, comme l’Union européenne, dans les raisons qui les poussent à partir.
En un an, 991 ont été accueillis, 3000 dans l’UE
Ils ne disparaitront pas du territoire par la répression et l’indifférence des pouvoirs publics. Il faut une toute autre politique en faveur des réfugiés qui prenne en compte la situation actuelle et anticipe sur celle des années à venir.
L’annonce par le gouvernement français de créer 9 000 places d’accueil pour les populations du bidonville de Calais doit s’accompagner de l’accélération des processus d’obtention du droit d’asile et de régularisations pour celles qui choisissent la France.
Cela doit aussi s’accompagner de pressions sur l’Angleterre pour qu’elle ouvre ses portes aux mineurs et demandeurs d’asile qui veulent rejoindre ce pays.
Le gouvernement français doit s’engager beaucoup plus afin que notre capacité d'accueil en centre d'hébergement d'urgence se déploie efficacement sur tout le territoire national.
Mais pas seulement l’Etat, les communes, le département, la région, ont des responsabilités !
Les déclarations d’Estrosi président de région, celles du Front national avec sa charte anti migrants n’ont rien a envier aux heures les plus sombres de notre histoire.
Il ne s’agit pas d’une hypothétique assimilation ou pas, puisqu’on les condamne à ne même pas entrer. Les migrants sont stigmatisés pour ce qu’ils sont, pas pour ce qu’ils font.
C’est le principe du nazisme.
Notre jeunesse a besoin de connaître tous ses ancêtres, les gaulois certes, mais aussi les tirailleurs sénégalais ou marocains morts pour la France en 1914-1918, les algériens sans citoyenneté sous l'oppression coloniale, les arméniens fuyant le génocide, les juifs polonais fuyant les pogroms, les martiniquais marqués au fer de la traite négrière ou encore les républicains espagnols et italiens combattus par Franco et Mussolini et toutes celles et ceux qui ont choisi la France pour des raisons économiques, depuis le 19ème siècle.
Oui nous sommes tous des migrants et des réfugiés au sens symbolique du terme mais un très grand nombre d’entre nous sommes concrètement des descendants de migrants ou de réfugiés.
Notre histoire est faite d'ombres et de lumières : celle du moyen âge et de la renaissance, celle de la Commune de Paris et celle de Thiers, celle de la Résistance et celle de la collaboration, celle des Lumières et celle de l'esclavage.
La France est multiculturelle. La France, est laïque et c’est une chance !
Notre récit commun ce n'est donc ni les délires de Zemmour, ni l'histoire sélective de Sarkozy ou de Le Pen !
Au delà de la pluralité de nos ancêtres, ce qui fonde notre appartenance à la France ce sont ses valeurs : liberté, égalité et fraternité.
Trois idées qui sont à l’exact opposé de ce que prône le FN et ceux qui s’opposent à l’accueil.
La solidarité n’est pas un vain mot elle est ancré au plus profond de nous !
Ce qui nous rapproche au-delà de nos convictions propres, c'est le désir de paix, l'éradication de l'Etat Islamique et la clarification du rôle des Etats qui le soutiennent, sous différentes formes, financières et par la vente d’armes.
C'est aussi le refus de l'amalgame, le respect des droits humains et la tolérance de l'autre.
Apporter des réponses doit s’accompagner d’une politique qui s’attaque aux causes de ces déplacements : faire reculer l’austérité et les inégalités, développer les solidarités autour de services publics renforcés, prévenir les conflits, promouvoir une véritable politique de paix et de développement.
La guerre est un marché, la paix est un projet politique qui se gagne par des rapports des forces !
La France doit faire entendre sa voix en faveur d’un monde solidaire et de paix avec l’ambition d’avancer vers une planète où chaque être humain n’aura plus à risquer son existence, et celle des siens, pour avoir le droit de construire sa vie.
150 réfugiés de Calais accueillis à Pierrefeu et à tourves cela représente moins de 0,015% de la population varoise et l’on voudrait nous faire croire aux envahisseurs !
En réalité c’est, pour le Front national et certains de la droite extrême, l’expression intrinsèque du racisme et de la xénophobie envers les migrants et les réfugiés et pour d’autres c’est surfer sur les peurs dans une société qui se délite, dans un quotidien d’insécurité sociale, en faisant de la surenchère à des fins politiciennes à l’approche de 2017.
Dans les deux cas c’est insupportable !
La cause des réfugiés ne doit pas faire les frais de la surenchère électorale de celles et ceux qui se sentent pousser des ailes.
Elle rejoint la cause des citoyens qui veulent voir émerger un espoir en rupture avec tout ce qu'ils subissent.
Le grand patronat, la finance travaillent les divisions et les mises en concurrences, Le Var républicain, le Var progressiste doit relever le défi de la solidarité !
La France, notre département a les moyens d’accueillir en proportion beaucoup plus importante des réfugiés et le faire dans des conditions de dignité.
Les accueils prévus à Pierrrefeu et à Tourves sont des réponses non encore satisfaisantes au regard du nombre et des conditions nécessaires à cette dignité humaine.
Des solutions multiples existent dans notre département pour l’accueil des migrants, de nombreuses associations en font quotidiennement les démonstrations.
Mais au lieu de les explorer dans toutes leurs dimensions, on laisse filer la spéculation foncière et immobilière et la plupart des communes ferment leurs portes.
Si chacune de nos communes parrainait 2 migrants nous serions déjà à 306, plus du double de ce qui est prévu à Pierrefeu et Tourves !
Mais Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne et comparé à la richesse accaparée par quelques uns, le coût des migrants relève de la goutte d'eau.
Ce sont les politiques libérales, nationales et européennes qui créent des situations dramatiques, ce sont les pillages des ressources naturelles par des entreprises transnationales qui génèrent de la misère, ce sont les conflits pour les pétrodollars et les colonisations qui plongent des peuples dans l’exode, ce sont les choix du capitalisme qui génèrent des réfugiés climatiques.
Nous sommes particulièrement fiers d’exprimer notre solidarité avec les migrants, les réfugiés !
Nous sommes déterminés à leur tendre la main, nous ne laisserons pas se développer les idées nauséabondes poussant dans la voie de la dislocation identitaire et communautariste, et nous continuerons le combat contre les politiques d’austérité d’où qu’elles viennent !

Avec d’autres nous sommes déterminés à faire reculer le racisme, la xénophobie, les idées de haine et à faire gagner la solidarité la fraternité, la paix entre les peuples.
SOLIDARITE AVEC LES MIGRANTS ET LES REFUGIES

Commenter cet article