Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

mariane.jpgSoulevant un bouclier de protestations de la part du secteur associatif e culturel, l’Etat UMP a décidé de passer les contrats aidés de 90% à 70% du SMIC.

Cette décision brutale et restrictive dans les secteurs non marchand va plomber les associations d’insertion pour les chômeurs et celles culturelles de 60 000 emplois sur 400 000 actuellement.

Elle résulte de la loi de finance de 2011 et des tailles phénoménales faites dans les subventions allouées jusqu’alors.

« Le faire mieux avec moins » cher à la droite prend ici toute sa signification !!

 

Dans de nombreux départements, le Var n’échappant à ce coup de rabot, la colère monte. Les associations sont menacées car comment pourraient-elles continuer à œuvrer sans argent et sans emploi ?...

C’est toute la vie économique de proximité et le tissus social qu’elle représente qui sont en 1ère ligne de ces mesures drastiques sans précédent.

 

Dans le secteur de l’éducation les inquiétudes sont réelles, notamment pour les auxiliaires de vie scolaire.

Une fois de plus, avec de telles mesures d’austérité, les familles qui rencontrent les difficultés au quotidien sont plongées dans encore plus de précarité car les associations perdent les moyens pour assurer correctement leurs missions.

Malgré le déni gouvernemental et celui du ministre X. Bertrand, la réduction des contrats aidés consiste à faire payer aux plus démunis la restriction dans le domaine des dépenses publiques.

 

Les élus(es) de proximité communistes, Maires et Conseillers généraux alertent leurs collègues pour organiser la protestation.

Quant aux salariés de ces secteurs, leur situation devient dramatique avec des milliers de contrats qui ne seront pas renouvelés. Les organisations syndicales tirent la sonnette d’alarme.

Pour faire face à ce recul social supplémentaire, la mobilisation citoyenne doit s’organiser sans attendre.

 

Côté politique, il est grand temps de changer de cap, à gauche toute serait le bon.

L’UMP qui sème la colère au quotidien doit voir se lever un vent contraire porteur d’espoir, de justice et de solidarité.

Les moyens existent, encore faut-il avoir la volonté politique d’aller les chercher là où ils se trouvent !!

 

Nombreux sont ceux qui en ont marre de prendre les déferlantes antisociales en pleine figure. Encore faut-il qu’ils ne se réfugient pas dans le repli sur soi ou dans l’abstention lors des échéance électorales.

En mars 2011, les 20 et 27, l’occasion leur sera donnée pour chasser le plus grand nombre d’élus UMP et NC de leurs sièges de conseillers généraux et le département du Var a besoin d’un grand coup de balai à ce sujet.

 

Les militants communistes, leurs élus mais aussi tous les candidats du Front de Gauche

( PCF, PG et GU ) ont l’ambition de renouer les liens avec la population et de redonner à l’action publique et politique ses lettres de noblesses, loin des intérêts personnels et des rivalités d’Ego.

 

Etre à l’écoute des «  coups de gueule », des réflexions, des propositions est la seule façon pour construite ensemble un projet alternatif à la droite et à la hauteur des attentes de nos cantons. Cette construction doit s’inscrire dans la durée pour répondre aux besoins des citoyens.

 

C’est de telles démarche que le monde de gauche a besoin amis aussi celui des retraités, des jeunes etc…

 

Les exigences populaires sont grandes et tout a fait légitime dans de nombreux domaines : logement, transport, emploi, santé, éducation, culture, personnes âgées, fiscalité etc…

Il ne faut pas les décevoir au risque d’y perdre toute crédibilité !!

 

C’est dans cet état d’esprit, sans tabou et sans démagogie que je me présenterai en tant que candidat PCF / Front de Gauche sur le canton du Luc, le village où j’ai vu pousser ma racine.

 

Jean-Marie Bernardi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article