Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

 

2012-05-14 19.15.39Le Medef en rêvait, le PS l’a fait. Il a voté, seul, l’ANI à l’Assemblées nationale.

Après dix mois d’exercice du pouvoir, François Hollande, son gouvernement et sa majorité socialiste viennent d’inscrire dans le marbre de la loi le projet d’Accord National Interprofessionnel.

En matière de politique sociale et de droit du travail ce n’est certainement pas ce qu’attendaient les électeurs qui lui pont permis d’être élu en chassant Sarkozy !!

 

Sur le fond et sur la forme ces accord ressemble comme un frère jumeau au texte « emploi-compétitivité » que soutenait Sarkozy début 2012.

 

Mis à part quelques députés socialistes et verts courageux qui ont voté contre ce texte, rejoignant ainsi les députés FdG, la majorité du PS a voté pour, EELV s’étant abstenu majoritairement.

 

Reste la bataille au Sénat, la mobilisation et un éventuel recours constitutionnel pour faire barrage à ce recul social historique.

Avec ce texte le Medef pourra licencier plus facilement et les recours juridiques ou prud’homaux seront de plus en plus difficiles et restreints.

 

En faisant fi de tous ceux qui rejettent ce texte, le PS devra assumer sa responsabilité et sa faute politique lorsque le recul social deviendra effectif pour des milliers de salariés dépendant du code du travail.

 

Avec ce vote contre productif le monde du travail a vécu hier une journée de deuil social. Néanmoins, une bataille perdue ne signifie pas la fin du combat. Celui que va mener le groupe CRC ( Communiste, Républicain et Citoyen ) au Sénat pour rejeter cette loi scélérate et irrespectueuse des intérêts des salariés sera très important.

 

Sur fond d’affaire Cahuzac, François Hollande, son gouvernement, ses députés auraient pu donner un signal fort pour sortir de la fange en gelant ce texte. Il n’en a rien été.

 

En préférant céder au dictat du Medef, ils se sont déconnectés, mais les connaissent-ils, de la réalité sociale et des conditions de travail et de subordination des salariés dans les entreprises.

 

A jouer ainsi avec le feu, autiste et droits dans leurs bottes, Ils se discréditent totalement, préférant l’entre-soi de la « gauche caviar » à l’engagement réel pour une alternative de gauche et à l’austérité.

 

Les électeurs et la mémoire collective devront s’en souvenir.

 

Jean-Marie Bernardi.     

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article