Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

Par René Fredon. 

Mercredi 18 décembre à la salle Vox de la Valette, la fédération du PCF organisait un débat sur l'enjeu des Européennes entre Yves Dimicoli, responsable de la section « Economie » du PCF et Pierre Lévy, rédacteur en chef de la revue BNR (Bastille Nation République) favorable à une sortie de l'Europe et de l'euro. Débat animé par Jean­Louis Bousquet, directeur général de La Marseillaise et introduit par Jean-­Marie Bernardi pour la fédération varoise du PCF.

Un vrai débat contradictoire entre deux conceptions sur la stratégie la mieux à même de rassembler toutes les victimes d'une construction européenne de plus en plus rejetée par les peuples, non pas dans son principe de rapprochement et de coopérations entre les nations mais dans sa finalité qui vise à l'effacement progressif des Etats pour mieux imposer les critères d'une gestion libérale au service des marchés financiers pilotée par une BCE « indépendante », aux pouvoirs politiques accrus !

Pierre Lévy a plaidé la sortie de la France, et de l'Europe et de l'euro, compte tenu des résultats catastrophiques, il est vrai, subis par les peuples, en matière économique et sociale, de l'aliénation de la souveraineté nationale, de l'onde de choc salutaire que constituerait, selon leurs partisans, un retrait de la France. Ils voient dans la volonté du PCF de changer en profondeur, à partir des luttes, le rôle assigné à l'euro et les finalités économiques et sociales d'une toute autre Europe, une perspective illusoire compte tenu des réalités politiques dominantes au sein des 28 pays de l'UE.

Yves Dimicoli a levé quelques interprétations tendancieuses du positionnement offensif du PCF, non pas pour « sauver » l'euro et l'Europe tels qu'ils asservissent les peuples, mais pour en faire un point d'appui pour les réorienter au service de l'emploi, du développement des services publics et des protections sociales, d'une transition écologique résolue. Au développement des solidarités entre les peuples.

Cela dans le cadre, non pas d'une Europe fédérale soumise aux intérêts capitalistes perpétuant la domination du dollar, mais d'une Europe de nations souveraines appelées à développer leurs relations commerciales et culturelles mais soucieuses de leur indépendance et de la rétroactivité de principe des accords qui ne s'avéreraient pas mutuellement avantageux.

Tout est à reconsidérer, notamment le rôle assigné à la BCE, déconnectée de tout contrôle politique des Etats afin d'avoir la maîtrise de la création monétaire et de son usage au service de tels objectifs, prolongé en France à travers un pôle public financier, décliné au plan régional et des pouvoirs accrus aux élus, aux salariés, aux usagers...de manière à réduire la part que le capital prélève chaque année pour distribuer dividendes et intérêts (de l'ordre de 300 milliards), qui manquent aux investissements, à la recherche, à la formation, au pouvoir d'achat des familles. Voilà qui donne de la perspective et un débouché aux luttes.

Il s'agit ni plus, ni moins, de relever le défi du libéralisme et des marchés financiers au niveau national et européen, plutôt que de fuir dans un repli aux conséquences alléatoires, encore moins de faire de la surenchère « souverainiste » démagogique, de fermeture des frontières, de chasse aux immigrés, de préférence nationale, en remettant en cause le droit du sol...sans toucher aux privilèges et aux pouvoirs du capital !
Est­ce acquis ? Non. Est­ce facile ? Pas davantage. Tout dépend de la prise de conscience et des luttes populaires pour atteindre cet objectif en concordance avec les attentes des populations qu'on cherche à détourner de ce débat pour qu'elles ne s'en mêlent pas.

Les interventions ont reflété les deux thèses en présence, sans forcément se rencontrer, mais dans une écoute réciproque qui ne demande qu'à être prolongée et qui le sera. Le sujet est loin d'être épuisé.

René Fredon
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article