Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

                                                   Gaz de schiste : DANGER !!

 

Interpelée par le collectif varois contre l’exploitation du gaz de schiste, Madame Josette Pons, députée du VAR a répondu en affirmant son total engagement et sa vigilance sur le sujet….Il semblerait que cette réponse tende à normaliser le mensonge dont la majorité UMP est coutumière.

Dans sa lettre, elle confirmait également sa présence à l’Assemblée National lors du débat qui s’est tenu le 29 mars dernier en indiquant qu’elle surveillait cette question de très près.

Cette réponse est empreinte de démagogie et elle contradictoire à la réalité du dossier dans le quel le gouvernement UMP qu’elle soutient bec et ongle est engagé pour soutenir

les éventuels opérateurs du domaine.

 

Par contre, l’intervention de Martine Billard, député PG de Paris et membre du Groupe Front de Gauche avec les élues communistes aborde ce grave problème sous un autre angle n’ hésitant pas à démontrer la complicité du gouvernement à l’égard des industriel qui souhaitent exploiter et développer les forages.

 

En substance sa déclaration dit ce qui suit.

 

« Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues depuis le début de l’année, la mobilisation citoyenne grandit contre l’exploitation des gaz et des huiles de schiste en France les conséquences des techniques utilisées pour l’exploitation comme pour l’exploration sont absolument catastrophiques.

Les expériences outre-atlantique sont riches d’enseignements sur les dangers pour l’environnement, mais aussi sur les graves atteintes à la santé des riverains.

La technique de fracturation hydraulique implique des quantités inouïes de produits chimiques déversés dans les sols qui viennent polluer les nappes d’eau souterraine et, par contamination, l’eau du robinet. Près de 600 composés peuvent être retrouvés dont certains son cancérigènes, d’autres mutagènes, reprotoxiques ou même radioactifs. Beaucoup d’autres points posent des problèmes : les quantités d’eau nécessaires pour chaque fragmentation, soit plus de 15 millions de litres ; les allers-retours incessants des camions nécessaires au transport, avec leurs conséquences en termes d’émissions de CO2 ; la destruction définitive du paysage par la création de puits tous les deux cents mètres ; les conséquences géologiques à long terme des fracturations artificielles des sols. Tout cela est totalement contraire aux engagements du Gouvernement lors du Grenelle de l’environnement….. Madame la ministre, vous répétez que ( d’après l’UMP et sa ministre ) les techniques très contestées, utilisées en Amérique du Nord, ne le seront pas en France. Or la société Total m’a indiqué  dit être à l’origine de la technique de fracturation (utilisée) qu’elle utilise aux États-Unis, en coopération avec d’autres sociétés, précisant ( et )qu’elle la montrait en exemple….Il est donc) temps que le débat devienne public, car des permis d’exploration ont déjà été attribués.   comme    En Île-de-France, où  la société Toreador, dirigée par les Balkany, amis proches du Président de la République), bénéficie déjà de plusieurs permis…. L’entreprise Vermillon a, quant à elle, d’ores et déjà procédé à l’installation du matériel en Seine-et-Marne. La société Total explique clairement, dans un document qu’elle m’a envoyé, que l’exploration comporte trois phases, dont la dernière « comprenant le forage horizontal et la micro-fracturation de un à trois puits »….

 

Tous ces faits contredisent les propos  se voulant rassurants de la Ministre. KOSCIUSKO-MORIZET et de ses effets de manche.

 

Et Martine Bilard de continuer : « La réalité contredit donc vos discours, car, à moins d’annuler les permis délivrés, rien n’empêchera les industriels de procéder aux forages, d’autant que le moratoire ne concerne que les gaz de schiste et non les huiles de schiste, présentes en Île-de-France…. S’il est bien prévu une consultation du public pour les permis de recherche, comment se fait-il que, par les modifications apportées au code minier, vous introduisiez la possibilité pour les industriels de garder secrètes pendant vingt ans les techniques utilisées ?...

Ce ne sont pas les seules questions que pose la refonte du code minier, que vous avez tenté d’organiser en catimini, comme l’ont également relevé d’autres collègues ce sont des collègues de vos bancs, monsieur Riester : procédures facilitées, absence de sanctions en cas de dommages à l’environnement, renouvellement automatique des concessions….. En définitive, les mouvements financiers nous en apprennent plus que vous, madame la ministre : les fusions-acquisitions, les transferts de permis ou les sommes déjà investies – 36 millions d’euros rien que pour Total –  ( Ils ) montrent bien que les industriels n’ont aucun doute sur l’issue possible…. les choix qui prévalent en matière énergétique sont toujours des choix de société globaux : dès lors, faut-il remplacer les forêts par des forages ?

Pourtant, les alternatives énergétiques existent : la première réside dans les économies d’énergie par la sobriété et l’efficacité énergétique, comme le propose le scénario négaWatt ; la seconde consiste à développer l’ensemble des énergies renouvelables, sans les agrocarburants qui, plusieurs rapports l’ont démontré, sont très mauvais en termes de réchauffement climatique à cause de leurs émissions de gaz à effet de serre, et tout en planifiant la sortie du nucléaire….

En persistant dans l’exploitation des gaz et pétroles de schiste, vous vous accrochez à un modèle de développement qui ne fait que repousser l’échéance inévitable de l’épuisement des hydrocarbures et occulter l’impérieuse nécessité de sortir du modèle productiviste, de changer notre modèle de production et de consommation.

Il faut sortir à court terme de la logique de profit. Sinon, il n’y a pas de solution. À repousser ainsi constamment les échéances, les décisions à prendre seront d’autant plus douloureuses, que ce soit en termes environnementaux ou en termes sociaux.

Dès lors, plutôt que de parler encore et encore, il serait temps de prendre des décisions. Madame la ministre, commencez par annuler les autorisations de travaux en Seine-et-Marne et, plus globalement, toutes les autorisations d’exploration : si l’exploitation est néfaste pour l’environnement, cela ne sert à rien de commencer les explorations. »

 

Les réponses faites par la député de la 6ième circonscription, Madame Pons au collectif ….ne peut nous satisfaire. La députée qui siège avec ses collègues UMP à l’Assemblée nationale connaît tout ce qui précède et n’en rapporte rien dans sa réponse….  De ce fait, celle-ci ne reflète pas la réalité sur les décisions et les intentions de la majorité à ce sujet. Elle est en totale contradiction avec les éléments en notre possession et vise à tromper la vigilance légitime des citoyens et des associations notamment, celle apportée au collectif varois gaz de schiste…il faudra s’en rappeler lors de l’élection présidentielle de 2012 et des élections législatives qui suivront..en disant adieu à la députée de la 6îème circonscription varoise qui brille par son mutisme récurent sur les bancs de l’Assemblée nationale.

 

Le 15 avril 2011 manifestons à Brignoles contre l’exploitation des gaz de schiste. Brignoles a été choisi comme lieu de manif’ car c’est le nom qui a été donné à la demande de permis d’exploration de Gaz de schiste.
Ce permis en cours de demande couvre 7000 km2. Le VAR est impacté au trois quarts et une partie déborde sur  la Côte d’Azur (jusqu’à Grasse) et de l’autre côté sur les Bouches du Rhône.

 

A relayer auprès de vos amis sans modération.

 

 

Jean-Marie Bernardi.

 

.

  

                                                

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article