Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

Article paru dans la Marseillaise du 25 octobre 2012.

 

memorail-roms.jpg

 

En Allemagne : la Chancelière a inauguré un monument à la mémoire des 500 000 victimes de l’holocauste oubliées.

 

Plus de 65 ans après l’Holocauste, la Chancelière allemande A. Merkel a inauguré hier à Berlin le mémorial aux Roms victimes du nazismes, alors qu’ils subissent toujours racisme et discrimination dans de nombreux pays d’Europe ( dont en France, NDLR).

Plus de 500 000 Sinti et Roms d’Europe, considérés comme « racialement inférieurs », ont été assassinés sous le 3ième Reich, selon les estimations officielles.

 

Situé face au parlement allemand, le mémorial aux Sinti et Roms, conçu par l’artiste israélien Dani Karavan, est constitué d’un puits avec au centre une stèle sur laquelle repose chaque jour une fleur fraichement cueillie.

Il est installé à proximité de celui consacré aux victimes de la Shoah et de celui dédié aux homosexuels tués par les nazis.

 

« L’Holocauste des Roms, ou Porajmos ( qui signifié littéralement « dévorer ») a longtemps été nié et n’a fait l’objet de recherches historiques, non seulement en Allemagne, mais dans d’autres pays, comme la France de Vichy ou les pays d’Europe de l’est qui ont participé aux persécutions » estime l’historien Wolfgang Wipperman de l’Université de Berlin.

« Contrairement aus Juifs, que les nazis retrouvaient par leur religion, les Roms, catholiques pour la plupart, n’étaient pas forcément identifiables par rapport aux autres citoyens », explique Romani Rose, président du Conseil central allemand des Sinti et des Roms.

 

Pour y remédier, des « chercheurs raciaux » de l’Allemagne nazie ont enregistré toute une série de caractéristiques et établi des généalogies remontant parfois jusqu’au 16ième siècle pour détecter « un ancêtre tsigane », afin d ‘envoyer le plus de personnes et de « sangs-mêlés » vers les camps de la mort.

A Auschwitz ou à Ravensbrück, ils ont servi de cobayes pour des expériences médicales nazies.

La RFA n’a reconnu officiellement qu’en 1982 ce génocide, avec un geste du Chancelier Helmut Schmidt. Et, en 1997, le président Roman Herzog a souligné pour la première fois qu’il avait le même motif raciste et avait été perpétré par les nazis avec la même résolution et la même volonté que l’extermination des Juifs.

Actuellement, 11 millions de Roms vivent sur le continent européen.

 

genocide.jpg

                                          En langue gitane ce terme veut dire : " Génocide ".

 

 

 

L’Europe doit reconnaître le génocide Tsigane », le travail de mémoire  reste à faire dans de nombreux Etats membres.

A la fin de la guerre, les Tziganes sont absents du procès de Nuremberg ...

En France, les autorités avaient pris des mesures restrictives à l’encontre des Tsiganes avant même l'occupation allemande du pays. Le gouvernement de Vichy organisa leur internement dans des « camps familiaux…. »

Les Tsiganes français des départements du Nord et du Pas-de-Calais rattachés au Gouvernement militaire de Bruxelles furent déportés et assassinés eux aussi.

Il est grand temps que l’Etat français reconnaisse ses fautes et comme l’ont fait d’autres pays d’Europe qui ne l’oublions pas vient d’obtenir abusivement le prix Nobel de la paix…(NDLR).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article