Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

Claude Gilardo, maire PCF de Brignoles, un atout pour la ville et le canton.

 

Par Philippe Jérôme ( envoyé spécial pour l’Humanité du 9 octobre )

 

Lors du scrutin de mars dernier, le candidat du FN avait élu avec cinq voix d’avance sur le sortant communiste, à l’issue d’un scrutin truffé d’irrégularités.

 

Le rapporteur public du Tribunal administratif de Toulon s’est prononcé hier pour l’annulation

Du scrutin des 20 et 27 mars dernier dans le canton de Brignoles, à l’issue duquel le candidat FN, Jean-Paul Dispart, avait été élu – et il était le seul en France de ce parti – conseiller général avec cinq voix d’avance ( 0,06% des exprimés ) sur Claude Gilard, maire communiste de Brignoles et conseiller sortant.

A lui seul, cet infime écart de voix ne peut justifier telle demande d’annulation, suaf que le magistrat toulonnais a relevé trois types d’irrégularités dont personne ne peut être tenu pour responsable mais qui ont pu fausser le résultat final.

 

D’un part, dans la commune de Tourves a été noté une différence ( dune voix ) entre le nombre de votants et celui des signatures des listes d’émargement.

D’autre part, cinq procurations ne portaient pas le nom de l’autorité qui les avait reçues, rendant toute identification impossible.

Enfin, dans la commune de La Celle, des «  divergences «  sur 21 autres procurations ont été révélées…Ce qui commence à compter sérieusement dans pareil cas.

 

Le Tribunal a mis en délibéré son jugement sur ces 27 voix litigieuses, le rapporteur public n’ayant pas retenu, dans ses conclusions, la diffusion d’un tract de dernière heure, à en tête de la mairie de La Celle, sur le thème de l’insécurité.

 

A la sortie de cette audience qui lui était plutôt favorable, Claude Gilardo se contentait de déclarer : « Mes soupçons sont confirmés par les propos du rapporteur public. »

 

Quant au FN, déplorant le manque d’assesseurs de son camp qui avait  néanmoins reçu à l’époque le renfort de la droite locale, il se promet d’interjeter appel si le Tribunal administratif décidait d’annuler son élection.

 

C’est donc vraisemblablement après un marathon judiciaire qu’un nouveau sprint électoral devrait se disputer dans ce canton du Var ( où le FN doit comprendre que tricher et tromper les électeurs ne sert à rien, NDLR ).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article