Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

bras-de-fer.jpgDepuis des mois, les médias audio-visuels et notamment la TV publique favorisent largement le bipartisme UMP-PS ou PS-UMP sur toile de fond où le spectre du FN apparaît comme un épouvantail !!

Hier soir, le deuxième débat sur les primaires du PS nous était servi, alors que la vraie primaire se jouera lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Ce soir A.Juppé ( UMP ) sera l’invité de D. Pujadas, le serviteur de service, la voix de son maître.

Dans ce genre d’émission, l’imbuvable Y. Calvi n’invite quasiment que des représentants du PS ou de la droite. Il occulte complètement et volontairement l’existence du Front de Gauche, deuxième force à gauche du pays et de sa composante essentielle le PCF !!...

Lors des émissions où les éditorialistes sont invités, seuls ceux de l’unique journal réellement de gauche, l’Humanité, ne sont jamais représentés….Préférence absolue au Figaro, au Monde, à l’Express, à Mariane ou à Libération avec le clown de service Joffrin !!...

Idem pour les économistes, les pseudos philosophes ou les pseudos intellectuels….A gauche de la gauche, rien à voir : circulez !!

 

DSK-SARKO.jpgAinsi va le petit écran pour fausser le débat politique et polluer l’esprit des téléspectateurs. En agissant de la sorte délibérément, les médias audio-visuels favorisent le conservatisme de droite et la social-démocratie qui accepte d’accompagner le système capitaliste.

 

Hier soir, encore et encore, les six candidats(es) à la primaire du PS ont envahi l’espace télé, partagés qu’ils étaient entre positions sociaux libérales ou sociaux  démocrates, mettant en avant des solutions édulcorées, ne représentant pas d’alternative à la droite et au capitalisme décomplexé.

Ce deuxième casting plus vif que le précédent a fait apparaître des personnalités avec leurs différences d’appréciation, où l’intérêt personnel l’emportait largement sur le débat de fond chers aux Français et à leur famille…Débat qui devrait prendre à bras le corps l’emploi, les salaires, la santé, l’école, les services publics, l’ environnement, les nationalisations, l’avenir de nos retraites etc…

 

A sept mois des échéances présidentielle et législatives, les Français ont envie de débat politique, mais encore faut-il qu’il réponde à leurs attentes, à leurs souffrances sociales.

 

Il ont besoin de ce débat certes entre la gauche et la droite ; mais aussi à l’intérieur de la gauche car le PS, contrairement à l’idée qu’il veut véhiculer, ne peut pas prétendre à la représenter à lui seul !!...

D’autres forces à gauche existent même si elles sont mises sous l’éteignoir médiatique qui est au service du bipartisme de type anglo-saxon et de l’alternance qui ne remet pas en cause le système économique, idéologique et financier actuel.

 

Gagner à gauche fusse avec un PS hégémonique ne suffira pas au risque de décevoir nos concitoyens et d’avoir un effet boomerang qui serait dramatique au bout d’un quinquennat…Rappelons nous des exemples passés et ne commettons as les mêmes erreurs.

Les changements doivent être plus profonds et le simple « battre Sarkozy » ne suffira pas !!...

 

La victoire de la gauche au Sénat, qu’il ne faut pas négliger, illustre parfaitement la situation. Si elle démontre totalement le rejet de la politique de l’UMP et du NC, elle ne règle pas le problème consistant à jeter les bases d’une alternative profonde et durable et celles d’un autre choix de société.

 

Surfer sur la crise ( celle du système capitaliste ) comme le font l’UMP et le PS à un niveau moindre pour faire accepter l’austérité, les efforts ou la rigueur, résulte d’une équation injuste. En effet, parler de déficit et de recette en comparant la situation de la France à celle d’une famille de citoyens lambda consiste à tromper et à culpabiliser les Français sans faire de distinguo.

 

Sans dilapider l’argent public, ne faut-il pas parler de recettes nouvelles et possibles en se donnant les moyens de les augmenter ?...

Ne doit-on pas parler de la façon dont sont taxés le travail et le capital pour inverser la tendance ?...

Ne doit-on pas s’attaquer aux forteresses des puissances de l’argent pour une juste répartition des richesses crées ?...

Ne doit-on pas parler du rôle de l’Etat et des nationalisations nécessaires ?...

Ne doit-on pas parler des doits nouveaux des salariés dans toutes les entreprises ( grandes ou petites ) ?...

 

L’argent ROI n’est pas un simple vocable. Il existe et fait des ravages parmi les classes les plus défavorisées d’un côté et de l’autre, il grossit les profits des grandes sociétés tels que le permettent les niches Coppé (UMP ), les exonérations fiscales et sociales… Il plombe tout simplement l’activité économique, sociale et industrielle de notre pays à coups de délocalisations sous le regard complice de l’exécutif de droite.

 

C’est donc à la racine du mal qu’il faut s’attaquer et en avoir le courage politique car le système capitaliste n’a cure de la misère sociale et de la précarité.

 

Au final, quel que soit le résultat de la primaire du PS qui squatte l’INFO sur les ondes et les écrans, il appartiendra aux Français de s’emparer du débat politique en déjouant trois pièges essentiels :

 

-          Celui du discours de la droite et de l’UMP au service du Medef et des forces de l’argent.

-          Celui d’un PS concourant pour une place de présidentiable et pour un pouvoir d’alternance.

-          Celui d’un FN, ultime rempart de la droite, surfant sur la vague du tous pourris et pseudo gauchisant son discours pour entraîner les salariés dans un miroir aux alouettes.

 

 

l'humain d'abordIl appartiendra aux Français de venir débattre en masse avec les représentants(es) du Front de Gauche et leurs candidats(es) pour partager et enrichir encore les propositions du programme partagé qui ouvre la voie à une réelle alternative à la droite.

 

 

 

Il leur appartiendra de ne pas se laisser enfermer dans la notion de vote utile.

 

Il leur appartiendra de faire grandir l’influence du Front de Gauche en progrès constant depuis les Européennes, les régionales et les cantonales.

 

Il leur appartiendra de peser sur les contenus en déplaçant ainsi le curseur bien à gauche pour ne pas être déçu à la sortie.

 

Il leur appartiendra de constituer un front de lutte à gauche pour que l’humain soit placé au centre des décisions et que le slogan l’humain d’abor deviennent enfin une réalité.

 

En agissant ainsi et dans la pratique du débat démocratique, ensemble nous permettrons que la gauche soit enfin à la hauteur de ses ambitions.

 

PCF_et_Front_Gauche_thumb.jpgComme le disait Patrick le Hyaric lors de la fête de l’Humanité : « l’angoisse doit réellement changer de camp. » car sinon politique danger : attention au bipartisme consensuel.

 

 

Jean-Marie Bernardi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article