Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

2397666460[1]

 

 

 

2011 11170006Après avoir surfé sur la vague médiatique offerte aux primaires des socialistes, après avoir promis de « ré-enchanter le rêve »…voilà que le PS est rattrapé par ses vieux démons, en quête exclusive de pouvoir, d’hégémonie ( serait-ce maladif ? ) et de bipartisme à l’Américaine. Fin du premier acte.

 

Acceptant la crise comme étant un phénomène inéluctable, sans dénoncer qu’il s’agissait de la crise du système libéral capitaliste, récemment, François Hollande, en déclarant : « vouloir donner du sens à la rigueur… » la frontière avec l’austérité étant bien étroit, n’enchantait plus personne. Fin du deuxième acte.

 

Puis vînt le temps du fameux accord de gouvernement et législatif PS-EELV sur fond d’arrangements électoraliste avec toute la cacophonie orchestrée par François Hollande au sujet du MOX et de l’EPPR.

Eva Joly ( candidate d’EELV ) tenue à l’écart des discussions a été sacrifiée sur l’Autel des petits arrangements entre amis qui ont propulsé Cécile Duflot sur une circonscription parisienne. Bel exemple de la façon dont on peut vendre son âme au diable. Fin du troisième acte.

 

Quatrième acte et certainement pas épilogue : le candidat socialiste se dit prêt à intégrer François Bayrou « dans la majorité présidentielle »…si celui-ci appelle à voter pour lui au second tour.

Cette histoire des deux « F », Hollande et Bayrou jette le trouble à gauche pour ceux qui pensaient que le PS s’y situait encore…Néanmoins, ce calcul purement politicien pourrait bien se retourner contre celui qui, il y a encore quelques semaines voulait « ré-enchanter le rêve. »

 

Face à ce jeu là, dangereux pour le valeurs de gauche, vous peuple de gauche, issu du monde du travail ne faites pas « du pédalo sur la vague en rêvant » pour emprunter quelques mots d’une chanson de Georges Brassens. 

Parmi vous certains sont allés voter lors des primaires du PS.

Vous avez  marqué votre désir de politique de gauche en soutenant la candidature de Montebourg ( 17% sur le plan national et 21% dans le département du Var…).

Au final, le candidat PS à la présidentielle n’en a pas tenu compte car il s’enferme dans une volonté de gérer la crise d’un système auquel en fait il s’identifie.

 

Alors, cher concitoyens, chers amis, chers camarades relevez vous et construisez avec nous les fondations d’une autre société qui tournera le dos au libéralisme et à la social démocratie qui sans cesse nous trompe.

 

Ne vous laissez pas endormir par les mensonges de l’UMP, par le double langage du PS ou par la démagogie hyper dangereuse d’un F-Haine au discours volontairement gauchisé.

 

Rassemblez vous autour du programme du Front de Gauche : « l’humain d’abord » pour les élections présidentielle et législatives de 2012 !!

Participez massivement aux assemblées citoyennes qui sont et seront organisées de partout, près de chez vous.

 

Si le monde craque de toute part, ce n’est pas de vote faute et ce n’est pas une fatalité.

La responsabilité incombe totalement aux systèmes économiques et financiers libéraux.

Elle incombe aussi à ceux qui font avec sans les combattre comme les sociaux démocrates. Résultats : déni de démocratie en Italie et en Grèce où l’extrême droite est entrée dans un gouvernement auprès des socialistes ????.....En Espagne la droite populaire a repris le pouvoir !!

 

Alors, ensemble prenons notre avenir en main en mettant l’humain au centre des décisions politiques et environnementales.

La crise n’est pas une fatalité : les richesses colossales qui restent aux mains des puissants sont le fruit de votre travail, il faut les partager et investir pour la ré-industrialisation. L’insécurité sociale et les licenciements boursiers accompagnés de délocalisations doivent être bannis. Le contrôle et le droits des salariés doivent être développés. Le pouvoir des banques doit être repris démocratiquement car l’argent est un bien commun. Le pouvoir d’achat et les salaires doivent conditionner la relance de la consommation car l’austérité mène toujours droit dans le mur. Les services publics doivent retrouver de la voilure et des moyens pour répondre aux besoins citoyens, idem pour la planification écologique.

 

Ambitieux tout cela, peut-être…mais parfaitement réalisable, nous le démontrons dans nos assemblées citoyennes en changeant les codes des discours menés par la droite ou par la social démocratie s’accommodant du système libéral.

 

Tout est à faire pour répondre aux attentes légitimes de millions de Français. Ne laissons pas casser notre modèle social construit entre 1945 et 1952 comme s’acharne à le faire la droite sarkozyenne, applaudie à tout rompre par le Medef de Parisot.

 

Seule une révolution citoyenne accompagnée d’un prise de conscience réelle peut nous faire sortir des ornières où le système libéral nous a plongés en aggravant nos conditions de vie et de travail.

Le Front de Gauche, son candidat à la présidentielle, J-L Mélenchon, ses candidats(es) aux législatives en sont persuadés et le démontrent par la preuve avec audace et courage politique. Ils sont les seuls garants d’une alternative à la droite et à tous les maux qu’elle propage au sein de chaque famille.

 

Le candidat PS, François Hollande, est malheureusement très loin de ces positions. C’est regrettable. Il préfère lorgner du côté du pouvoir en courbant l’échine et en omettant d’impulser des vraies solutions de gauche. Il choisit le camp du repli sur soi, de la rigueur et de l’austérité au risque den faire peser encore plus les conséquences sur le peuple, ce dont la droite se réjouira pour son avenir proche.

Les spectres de 1983 et de 1988 sont bien présents dans les esprits et nous ne voulons pas d’un Papamdréou à la Française.

 

Ne laissons pas le PS et son partenaire EELV commettre de telles erreurs politiques qui pourraient être graves de conséquences.

 

Ensemble, bousculons la donne à gauche, nourrissons le débat public et politique. Ainsi le peuple reprendra confiance. Il retrouvera toute sa place dans un espace démocratique libre, constructif, adulte et émancipé.

Ce défi n’est pas une utopie. Ensemble nous pouvons le relever comme nous l’avion fait en votant NON au TCE en 2005. Ensemble nous pouvons le gagner pour tracer une autre route vers une autre société où l’humain sera au centre.

 

Ne laissons pas les autres terminer cette pièce, écrivons ensemble l’épilogue pour qu’elle ne tourne pas au social-drame pour des millions de Français qui en ont assez !!.

 

Jean-Marie Bernardi.   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article