Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

 le-trio-rapport-gallois.jpg

                                               Le trio supportant le rapport Louis Gallois.

Matignon l’a annoncé hier mardi : « Le gouvernement va dégager 30 milliards d'euros pour relancer la compétitivité des entreprises, 20 milliards en crédits d'impôts et 10 milliards en efforts supplémentaires de réduction de la dépense publique . »

Les mesures décidées restent dans les clous du rapport de Louis Gallois. Elles n’augurent rien de bon pour notre avenir.

En déclarant : « si jamais F. Hollande venait à changer de cap…quitte à se renier  lui-même, il doit savoir que naturellement je serais à ses côtés, dans l’intérêt de la France… », Juppé ne s’était pas trompé. Il confirmait par ces mots que le rapport Gallois était parfaitement adapté aux exigences de la droite et du Medef. 

Les idées défendues par ce texte constituent les pièces d’un costard taillé sur mesures pour Parisot et ses pigeons. En témoignent les louanges que la patronne du Medef à l’égard du gouvernement de François Hollande au 20h00 de mardi sur France 2…Alors qu’auparavant, de son côté Jean-Marc Ayrault osait qualifié cette orientation de gauche ?...

Les Français ont-ils porté au pouvoir celui qui devait ré enchanter le rêve, s’attaquer à la finance pour se sentir floués ainsi, se voir imposer une politique dictée par la droite et les lobbies du patronat ?....

Hier, le séminaire gouvernemental s’est réuni et eurêka la fumée blanche a annoncé que l’exécutif allait bel et bien abandonner 20 milliards d’euros aux entreprises françaises sans réelles contreparties.

Même si ces 20 milliards n’impactent pas les cotisations sociales comme le souhaitait la droite et le Medef, ils seront autant de croupières taillées contre le pouvoir d’achat des salariés, des retraités et de leurs familles.

Ces 20 milliards dégagés le seront sous formes de crédits d’impôts accordés aux entreprises.

Il faudra y rajouter 10 milliards supplémentaires de réduction de dépenses de l’Etat , ce qui impactera sans nul doute, en la dégradant encore un peu plus la qualité de nos services publics.

La nature n’aimant pas le vide et la trésorerie encore moins, une nouvelle fois ce sont les ménages qui paieront la note. La TVA à 5,5% passera à 5% ; celle à 7% passera à 10% et celle à 19,6% passera à 20%.

Quant on sait que la TVA est l’impôt le plus injuste on peut s’interroger sur l’empathie des barons du PS à l’égard des couches populaires et du monde du travail  ?...

Puis dès 2014 la fiscalité écologique devrait rapporter 10 milliards supplémentaires.

Ces économies drastiques génèreront sans nul doute des difficultés financières accrues pour les collectivités territoriales qui ont l’obligation d’être à l’équilibre budgétaire.

Rappelons nous que la réforme de 2010 ( suppression de la Taxe Professionnelle ) a permis aux entreprises, en 2011, de s’affranchir de 7,5 milliards d’euros sans véritable politique de l’emploi.

Rappelons nous qu’une large partie de cet impôt a été transféré une fois de plus sur les ménages via leurs taxes locales et foncières.

Cette réforme continuera à s’appliquer car elle n’est pas remise en cause par le quinquennat de François Hollande. 

Ce « choc de compétitivité » ne répond pas aux attentes de la majorité de nos concitoyens. Il va leur imposer une véritable cure d’austérité et entrainer des milliers de suppressions d’emplois.

Pourtant, d’autres alternatives existent mais encore faut-il avoir la volonté politique de les mettre en œuvre sans succomber aux sirènes du Medef.

Par exemple ne conviendrait-il pas de réformer en profondeurs les prélèvement financiers qui plombent et qui étouffent les entreprises…En 2011, selon l’Insee, les charges d’intérêt payées aux banques par les établissements non financiers et les dividendes représentaient 309 milliard d’euros alors que les cotisation sociales indispensables aux solidarités ne coûtaient que 145 milliards d’euros ?…

Ne conviendrait-il pas de légiférer pour interdire les licenciements boursiers ?...comme le proposent les parlementaires du Front de Gauche.  

Ne conviendrait-il pas de redonner de la voilure au pouvoir d’achat des salariés et des retraités pour relancer la consommation ?....

Ne conviendrait-il pas de donner de vrais pouvoirs aux salariés dans leur entreprise pour peser sur les stratégies, sur l’organisation du travail, sur l’emploi, sur l’écologie ?....

 Sans rompre avec l’austérité il sera impossible de sortir de cette situation de crise dont seul le capitalisme et le libéralisme sont responsables. Avec ce système, ces méthodes la récession se profile devant nous.

 Alors les solutions adoptées par le gouvernement Ayrault, perpétuent celles qui étaient utilisées par la droite sarkozyste…Elles ne fonctionnent pas. Elles sont dictées par le diktat du profit et la puissance de l’argent roi !!

 Dans ce contexte contraire aux engagements de campagne du candidat prédisent Hollande, seule la fille Le Pen pavoise et se frotte les mains. Elle rentre même dans le « TOP 10 » des personnalités politiques françaises….Elle atteint cette place sans rien faire, sans rien proposer. Elle surfe sur la collusion des courants PS et UMP.

Certes on ne peut pas partager ce raccourci, mais il semble fonctionner tant il est renforcé par des médias qui favorisent le flou en présentant le PS comme la gauche et l’UMP comme la droite dans un concert e bipolarisation de la vie politique…

 Ces médias aux ordres, laqués zélés du pouvoir en place qu’il soit PS ou UMP, tentent d’annihiler la représentation et la parole du Front de Gauche et de ses composantes.

 Pourtant, François Hollande n’aurait pas été élu sans l’apport de ces millions de voix…Ce n’est pas en répondant aux exigences du Medef et de la droite ; ce n’est pas en restant autiste à l’égard du peuple de gauche qu’il gagnera en confiance.

 Alors, il est grand temps de se tourner vers la gauche que nous représentons. Il est urgent de créer ou de renforcer les liens avec le mouvement social pour oser affronter le requin du capital, pour sortir de l’ornière dans laquelle nous entraîne la social démocratie libérale…Pour faire valoir les propositions et les solutions de « l’Humain d’abord ».

 Ensemble nous pouvons faire avancer et faire progresser les forces de gauche. Ensemble nous pouvons nous faire entendre et nous faire écouter.

 Pour ce qui le concerne, le PCF lutte contre la rigueur et l’austérité car les mesures annoncées sont si  dangereuses qu’elles sont timidement accueillies y compris au sein du PS et de ses alliés EELV ou PRG.

 Jean-Marie Bernardi.

 

 

Déclaration de Pierre Laurent au sujet de mesures Galois/Ayraulceux  :  « c’est un véritable coup de massue contre le pouvoir d’achat…Un choc oui, mais un choc avant tout pour celles et ceux qui, six mois après la défaite Nicolas Sarkozy attendaient autre chose que cette nouvelle cure d’austérité.. 

 Déclaration de Jean-Luc Mélenchon : « ce pacte est lamentable car c’est la poursuite de la même politique qui ne fonctionne pas….C’est un choc qui est fait où on transfère sur le dos de la masse des travailleurs, contribuables ce qui ne sera pas acquitté par l’entreprise au moment de la production de richesse. »

Commenter cet article