Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 J-M 1

 

La réforme des collectivités territoriales est un vrai danger pour les institutions et la démocratie locales.

 

Nous en avions fait un des axes important lors de la campagne des cantonales pour en démontrer la nocivité ( voir nos articles précédents à ce sujet ).

 

Nous continuons à mener ce combat pour que la gauche revienne totalement sur cette en cas de victoire lors des élections présidentielle et législatives de 2012.

Cette réforme, votée par les députés UMP ( 7 dans les 7 circonscriptions varoises ) ne passe pas chez les élus locaux.

Au-delà des clivages politiques, il s’avère que 77% d’entre eux, selon une étude demandé par les sénateurs PS, émettent de grandes critiques à l’égard de cette loi qui devrait entrer en vigueur en 2014 si la droite était malheureusement reconduite aux affaires du pays.

 

Pour le PCF les choses sont claires : cette réforme c’est la mort du financement communal et territorial, c’est l’arrêt des investissements publics, c’est la négation du statut d’élu local et de la démocratie de proximité.

La dégradation des structures scolaires ( écoles, collèges, lycée ) impactées par la cure d’austérité imposée par l’Elysée et Matignon grandira encore sous le coup de cette réforme. Dans le domaine de la santé et notamment de l’hôpital c’est et ce sera pire.

 

Devant une telle situation, l’heure n’est plus à l’incantatoire ou à la contradiction entre le program matif  électoral et l’intention véritable. En effet, le PS doit s’engager fermement contre cette réforme et se prononcer clairement et catégoriquement pour son abrogation. Comme il devra le faire sur de nombreux autres dossiers, les déclarations récentes de Hollande n’augurant rien de bien bon en matière d’emploi public par exemple.

 

Pour le PCF, composante essentielle du Front de Gauche, la position est sans appel : abrogation immédiate de la loi de réforme des collectivités, maintien des niveaux de territorialité actuels avec la compétence actuelle des élus.

 

Il ne suffit pas de donner l’impression d’être militant tout en refusant d’affronter les problèmes. Pour connaître le succès politique ( au sens populaire du terme ), il est impératif d’amener les gens à partager nos opinions, nos propositions et à regagner leur confiance. Pour cela, il faut être auprès d’eux pour construire avec eux un projet partagé dans la transparence et l’honnêteté intellectuelle.

 

Gagner ce pari équivaudra à modifier le rapport de force à gauche avec un Front de Gauche fort dès le premier tour de l’élection et un PCF rayonnant en son sein et au service des Français qui créent les richesses.

 

C’est possible, si tous ensemble nous relevons les défis pour créer les conditions d’une société plus juste, plus solidaire, plus fraternelle et plus démocratique.

 

Pour le collectif Front de Gauche/PCF et citoyen du Luc.

Jean-Marie Bernardi.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article