Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marie Bernardi.

 

 

 

 

bollaAlain Bolla.

Groupe Front de Gauche                                                                                             

Conseiller Régional Communiste                                

Mail : abolla@regionpaca.fr                                         

 

 

ETATS GENERAUX DE LA DEMOCRATIE

TOULON LE 14 FEVRIER 20011

INTERVENTION D’ALAIN BOLLA conseiller régional communiste

Groupe Front de Gauche

 

Avec la 5éme république nous assistons à une pratique quasi monarchique du pouvoir,  qui s’est aggravée avec Nicolas Sarkozy.

La démocratie est un enjeu de société.

Un des obstacles de taille à l’exercice d’une démocratie véritable est l’exclusion de la majorité de la population du champ d’intervention citoyenne et politique.

La responsabilité des politiques mises en œuvre depuis trente ans est grande.

Elles n’ont en rien répondu aux exigences sociales et humaines et au défi environnemental.

Libérales ou d’essence libérales au service ou sous la pression des actionnaires, des banques et du Médef, elles ont largement contribué à faire entrer la politique dans une crise structurelle profonde.

De la pédagogie du renoncement, au réalisme économique, tout à été déployé pour que les couches populaires s’éloignent durablement du fait politique.

Aujourd’hui, complètement marginalisées elles n’ont plus voix « au chapitre » depuis longtemps.

Les instruments de démocratie existant sont rendus quasiment inefficaces tant les droits des citoyens et particulièrement des salariés ne sont pas à la hauteur.

L’entreprise, seul endroit ou la citoyenneté s’arrête à la porte d’entrée.

Les liens de subordination qui lient l’employeur au salarié le rende corvéable, flexible, servile et génèrent pour une part non négligeable les conditions de son exploitation.

On le voit bien, depuis des années la parole citoyenne, quelle que soit la façon dont elle s'exprime est bafouée !

Quelques exemples parmi les plus emblématiques:

Le référendum sur le traité Européen en 2005 avec la victoire du Non :    Démocratie Bafouée !

La votation citoyenne pour la poste et les 3millions de personnes qui se sont exprimés contre sa privatisation : Démocratie Bafouée

Enfin, bien sur, le mouvement sur la réforme des retraites avec près de 5 millions de personnes qui ont participé aux manifestations et 70% de la population qui l’ont soutenu !

Démocratie Bafouée

Ou encore avec la réforme des collectivités, la suppression de la taxe professionnelle ou encore ses interventions sur la justice et la magistrature.     Et j’en passe !!

 

A cela il faut encore ajouter les manifestations et les grèves qui se développent dans les entreprises et qui n’ont comme seule réponse des fins de non recevoir de la part des employeurs et de l’État.

La démocratie est bien moribonde dans ce pays qui, fort de son histoire, n’en fini pas de donner des leçons à la terre entière !

Dans ces conditions, la participation réelle et active des citoyens à la gestion du Pays et des collectivités est un enjeu déterminant pour l’avenir de notre république.

Tout comme est déterminant l’obtention de doits nouveaux pour les syndicats et les salariés pour intervenir dans la gestion des entreprises dont nous devons rappeler en permanence leurs responsabilités sociales et économiques.

Le rôle des banques et des banques centrales nationales comme la banque centrale Européenne doit être aussi profondément modifiée pour rendre l’argent utile en favorisant l’emploi et la formation dans la sécurité des parcours professionnels.

Les formes classiques de la représentation politique survivent mais leur légitimité s’amenuise et leur efficacité décline.

On peut même affirmer que le modèle de gouvernance de la 5éme République est à bout de souffle.

Redonner du sens et de la légitimité à la politique, c’est sortir de l’individualisation du pouvoir et des rapports sociaux imposés par le libéralisme en recréant du lien et du collectif entre les citoyens et tous les acteurs de la vie des territoires.

Cela suppose le renforcement du pouvoir d’agir des habitants sur leur territoire pour une nouvelle gouvernance et la co-construction des activités socioéconomiques entre élus, habitants, collectivités.

La mise en mouvement des citoyens est un axe fondamental pour maîtriser les évolutions.

L’expérience nous montre qu’en matière de droits et de libertés rien n’est jamais acquis. Tirons leçons des reculs enregistrés ces dernières années, pour ne prendre que les plus significatifs : services publics privatisés, santé à deux vitesses, sécurité sociale en danger, droit du travail malmenés et dernièrement remise en cause du départ à la retraite à 60 ans…

Tout cela montre la nécessité de remettre sans cesse l’ouvrage sur le métier, pour maintenir nos acquis et en gagner de nouveaux.

La France, « pays des droits de l’homme », n’est pas un qualificatif pompeux mais celui d’un pays où le peuple a su se doter d’outils pour que liberté et démocratie se côtoient. Garants de leur fonctionnement et héritiers de l’histoire, il ne tient qu’à chacun de nous de se saisir de chaque espace disponible et en conquérir d’autres.

C’est le seul moyen de Mettre en synergie, dans une dynamique commune, la démocratie élective et  la démocratie sociale et citoyenne.

La France n'est certes pas une dictature, mais face à la dictature de l’argent et un pouvoir à son service, la mobilisation citoyenne est indispensable, sans attendre que quelque échéance qui soit règle par miracle les problèmes posés.

L'histoire, y compris la récente, nous montre que la démocratie représentative sans le rappel permanent de la démocratie participative est porteuse de grandes désillusions.

Dans des pays les plus verrouillés, des peuples ont montré ces dernières semaines la force qu'ils représentaient face aux tyrans pour gagner la liberté et la démocratie !

Si nul ne sait quelles seront les évolutions à venir, à ce jour, respect et solidarités aux peuples en luttes.

En France aussi il y a encore des Bastilles à conquérir !

Chacun doit prendre ses responsabilités pour faire de la démocratie le levier des transformations sociales et politiques !

Quelles doivent être à votre avis celles de la gauche dans le contexte d’aujourd’hui?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article